Top 3 des tendances de modernisation des applications du secteur public

Concilier agilité et sécurité

  • Share to Facebook
  • Share to Twitter
  • Share to Linkedin
  • Share via AddThis

INTRODUCTION

La plupart des entreprises, y compris celles du secteur public, voient leur portefeuille d’applications alourdi au fil du temps par des applications existantes vieillissantes. Les budgets serrés, les préoccupations croissantes en matière de cybersécurité et le défi que représente la maintenance des applications et des infrastructures existantes surchargent les ressources informatiques traditionnelles des organismes.

De nombreux organismes sont aujourd’hui soumis à une pression croissante pour maintenir des coûts bas et servir un nombre croissant d’utilisateurs tout en gérant et en protégeant une quantité massive de données. La bonne nouvelle, c’est que les organismes gouvernementaux, qu’ils soient fédéraux, centraux, provinciaux, étatiques ou locaux, ont de plus en plus recours à des applications modernes pour répondre pleinement aux besoins en matière d’innovation, d’agilité et d’efficacité. Cet article traite des trois principales tendances de modernisation de l’informatique dans le secteur public que nous observons aujourd’hui.

PRINCIPALE TENDANCE N° 1

Migration des applications existantes

Modernisation des applications

QUEL EST LE DÉFI ?

De nombreux organismes du secteur public disposent d’architectures réseau traditionnelles qui sont statiques, vulnérables aux erreurs humaines et beaucoup trop complexes.

POURQUOI C’EST IMPORTANT ?

La gestion des systèmes existants nécessite des dépenses opérationnelles importantes et augmente le coût total de possession. Un temps et des ressources précieux sont consacrés à la maintenance des applications existantes, qui sont inefficaces et peu sûres. Les équipes en charge du développement des applications sont particulièrement gênées par l’architecture existante, les processus manuels inefficaces et les examens et procédures qui s’intègrent mal dans le cycle de vie du développement applicatif.


 

La migration des applications existantes ne représente que la moitié de la bataille. Selon une étude récente, les développeurs des environnements DevOps passent 15 heures par semaine à gérer des tâches telles que le débogage des pipelines et l’attente de la fin des tests et des versions.1 Il est essentiel de trouver les bonnes solutions de développement d’applications modernes qui permettent de rationaliser les processus, comme celles qui permettent d’automatiser les tâches DevOps répétitives. 39 % d’une semaine de travail de 40 heures sont généralement gaspillés dans ces tâches.

PRINCIPALE TENDANCE N° 2

Intégrer de nouvelles fonctionnalités, comme les expériences numériques modernes

Intégration de nouvelles fonctionnalités

QUEL EST LE DÉFI ?

En raison de la complexité et de l’obsolescence des architectures réseau et des processus de développement et de déploiement des applications du secteur public, il est difficile pour les organismes de proposer le type d’expériences numériques que les civils et les fonctionnaires attendent des applications grand public.

POURQUOI C’EST IMPORTANT ?

BCG a récemment interrogé 24 500 personnes dans 36 pays sur leur utilisation des canaux numériques pour les services gouvernementaux. 76 % des personnes interrogées ont déclaré que les services gouvernementaux devraient être similaires ou supérieurs à ceux offerts par les meilleures entreprises du secteur privé.2 En ne répondant pas aux exigences croissantes des électeurs et des fonctionnaires en matière d’expériences numériques positives, les organismes risquent de ne pas pouvoir maintenir leur efficacité informatique. Créer des expériences numériques avec une pensée centrée sur le client n’est pas une tâche facile. Les équipes en charge du développement applicatif ont besoin des talents, du leadership et des solutions adaptés pour mener à bien leur mission.


Les données de Forrester3 indiquent qu’au cours des 12 prochains mois, les principales priorités métier des organismes gouvernementaux seront :

 

PRINCIPALE TENDANCE N° 3

Se protéger des cyberattaques en constante évolution

Modernisation des applications

QUEL EST LE DÉFI ?

Les organismes du secteur public sont fortement ciblés par les pirates, les cybercriminels et les autres gouvernements aux intentions malveillantes. En outre, l’énorme présence en ligne du gouvernement crée une vaste surface d’attaque.

POURQUOI C’EST IMPORTANT ?

Les vulnérabilités de sécurité associées à l’évolution des processus de développement et de modernisation des applications peuvent conduire à des attaques et des abus réussis contre les organismes, entraînant la perte d’informations personnelles identifiables (PII) d’électeurs et d’employés, la révélation de secrets d’État et militaires, et la fuite d’argent. En dehors de l’adoption des directives de sécurité gouvernementales, comme le NIST et la DISA aux États-Unis ou la directive NIS 2 en Europe, de nombreux organismes cherchent à adopter les approches DevSecOps et Confiance zéro.


F5 Labs a récemment interviewé Nicolas Chaillan, le premier directeur des logiciels de l’armée de l’air américaine. Il nous a fait part de la façon dont son équipe informatique a géré un énorme système DevSecOps au sein de l’USAF.

« Je pense que si le système DevSecOps est appliqué correctement, il est très difficile de le tromper et de déployer des éléments qui contournent le pipeline, comme nous l’avons vu avec la violation de SolarWinds », a déclaré M. Chaillan. « La sécurité est intégrée au processus ».4