Préparer une architecture de cloud

7 étapes pour simplifier la migration des architectures vers le cloud

CONTENU CONNEXE

Le labyrinthe du multicloud : 5 principes pour réussir

Tout comme la virtualisation a révolutionné l'infrastructure informatique, l'essor du cloud a une fois de plus modifié les règles du jeu.

Lire l'eBook ›

Il faut se rendre à l'évidence : la plupart des architectures informatiques sont compliquées. Et si vous envisagez de migrer vers le cloud, vous avez raison de vous inquiéter des vastes changements qui seront nécessaires pour votre architecture — et votre organisation — au cours de votre transition.

La bonne nouvelle, c'est que si vous êtes comme la plupart des entreprises, vous l'avez déjà fait. À plusieurs reprises. Tous les trois à cinq ans environ, vous révisez vos architectures de base. Vous adaptez votre façon de fournir des applications. Vous vous efforcez d'accroître les performances, de renforcer la sécurité et de réduire les coûts.

La mauvaise nouvelle, c'est qu'avec le cloud, les choses seront encore plus compliquées. Vous n'aurez peut-être plus le contrôle des services. Vous ne serez peut-être pas en mesure de coder en dur les connexions ou de faire les choses à l'ancienne. Vous aurez des difficultés. Mais, comme le dit l'adage : « On ne fait pas d'omelette sans casser des œufs », n'est-ce pas ? Il vous faudra prévoir le comportement des utilisateurs, la connectivité et la bande passante appropriée.

Pour que la transition soit un peu plus facile, nous avons compilé sept étapes importantes pour vous aider à démarrer.

1. ÉVALUEZ VOTRE INFRASTRUCTURE

Dans quel état vos applications sont-elles ? Combien en avez-vous ? Quelle est leur importance pour votre entreprise ? Quels types de données détiennent-elles et, surtout, quelles sont les dépendances entre elles ?

Commencez à réfléchir aux catégories dans lesquelles vos applications s'inscriront. Vous avez quatre possibilités :

  1. Adopter le SaaS
  2. Migrer vers le cloud
  3. Adopter un environnement hybride
  4. Les laisser là où elles se trouvent

2. DÉCIDEZ QUELLES APPLICATIONS SONT MÛRES POUR L'EXTERNALISATION VERS LE SAAS

Commencez par le plus facile. Recensez les applications de votre portefeuille qui sont des produits virtuels. Il est probable que vous en ayez un grand nombre. Avez-vous vraiment besoin de prendre en charge votre propre serveur Exchange, votre système RH obsolète ou vos propres outils de force de vente automatisés ? Valent-ils les efforts de votre équipe ou les frais d'exploitation que vous encourez ? Dans la négative, épargnez-vous bien des tracas en souscrivant à une solution appropriée en matière de ventes, de ressources humaines, de productivité ou autre. Laissez des tiers s'occuper de vos tâches les plus importantes. Vous obtiendrez des gains rapides et évidents avec le SaaS.

3. ANALYSEZ ET DÉCIDEZ DU RESTE

Il vous faudra ensuite évaluer vos applications restantes et décider celles que vous migrerez vers le cloud, celles que vous remanierez pour le cloud et celles que vous garderez.

Posez-vous les questions suivantes :

-     En migrant l'application X, que risque-t-on de perdre ?
-     Où se trouvent les banques de données ?
-     Quelles sont les dépendances ?
-     Quels sont les services réseau utilisés ?
-     Quelles applications nécessitent des solutions de contournement des procédures et protocoles normaux pour fonctionner ?

Vous aurez les réponses à ces questions pour un grand nombre de vos applications. Pour d'autres, vous ne connaîtrez peut-être pas les réponses avant d'avoir réellement essayé de les déplacer. Plus le risque de casse est élevé et plus les dépendances sont compliquées et imprévisibles, plus vous avez de chances de garder une application là où elle se trouve.

Lorsque vous établissez la carte de ces dépendances, documentez-les. Cela vous sera utile même si seules quelques-unes de vos applications finissent dans le cloud.

4. NORMALISEZ

Examinez vos politiques de fourniture d'applications et recherchez des possibilités de normalisation et d'automatisation. Vous devriez disposer d'un nombre limité de politiques d'équilibrage de charge standard — disons, 10 — plutôt que de configurations réglées manuellement pour chaque application.

5. SIMPLIFIEZ ET SÉCURISEZ L'ACCÈS

Demandez-vous qui va accéder à chaque application et depuis quel endroit. Vous devez prévoir le comportement des utilisateurs, la connectivité et la bande passante appropriée. La plupart des applications que vous souhaitez migrer vers le cloud, qu'elles soient privées ou publiques, doivent être plus facilement accessibles de n'importe où. En les transférant dans le cloud, l'infrastructure sera moins sollicitée.

Il existe également des problèmes d'authentification et de sécurité ; la plupart des entreprises utilisaient traditionnellement des contrôles de réseau plutôt que des contrôles d'application pour déterminer l'accès. Dans un cloud public, vous devrez peut-être adopter de nouvelles technologies de gestion des identités et des accès que vous n'aviez pas auparavant.

6. PLANIFIEZ VOTRE ARCHITECTURE

Lors de la migration vers le cloud, l'architecture sera différente car les constructions ne sont pas statiques. Pour les applications monolithiques comme les bases de données, les mécanismes qui étaient auparavant liés à des adresses IP spécifiques ou à d'autres constructions constantes ne fonctionneront pas dans le cloud. Vous aurez peut-être besoin d'équilibreurs de charge ou de proxy supplémentaires qui vous aideront à assurer la cohérence dans un environnement en constante évolution. Prévoyez des points de contrôle supplémentaires pour vous assurer que tout le monde peut accéder à vos applications de manière cohérente et sans interruption.

7. N'OUBLIEZ PAS QUE RIEN N'EST FACILE

La tâche est ardue. Comme nous l'avons dit au début, les architectures informatiques sont compliquées.

Cela peut ne pas être facile, mais le jeu en vaut la chandelle, ne serait-ce que pour les économies (OpEx et CapEx) et l'évolutivité. Et certaines entreprises ont réalisé des économies considérables rien qu'en se préparant au cloud. En évaluant vos inventaires d'applications existantes, en analysant les dépendances, en documentant tout, en normalisant et en simplifiant autant que possible, vous serez dans la position idéale pour décider de ce qu'il faut déplacer et comment le faire. 

EN SAVOIR PLUS

Article

Peut-on avoir trop d'applications ?

Les applications sont l'épine dorsale de l'entreprise moderne. Mais le mieux n'est-il pas l'ennemi du bien ?

Solution

Automatisez vos solutions DevOps

Arrêtez de laisser les équipes DevOps, NetOps et SecOps se ralentir mutuellement. Choisissez plutôt d'automatiser.

Histoire de client

MAXIMUS a rationalisé ses opérations avec F5

Maximus s'est tourné vers F5 pour migrer de manière transparente vers AWS et automatiser ses processus et libérer des ressources.